S11

Quelle recherche en astrophysique dans un monde soutenable ?

Sociétal

Contact : faustine.cantalloube@univ-grenoble-alpes.fr

Depuis 2021, les ateliers “Transition environnementale”, rassemblent la communauté pour réfléchir aux moyens d’actions qui existent, ou à mettre en oeuvre, pour faire évoluer nos métiers face à la crise environnementale en pleine accélération. Lors de l’atelier 2024, nous nous pencherons sur l’évolution de l’organisation et de la méthodologie de la recherche en astrophysique dans ce contexte.

En 2024, nous nous interrogerons sur le fonctionnement de la recherche en astronomie astrophysique dans le contexte de la crise environnementale qui contraint naturellement nos conditions de travail : comment équilibrer nos fonctions de chercheur·se·s / enseignant·e-chercheur·se·s et notre rôle social, tout en respectant la nécessité de changer notre approche du travail via des engagements (inter-)nationaux. Les modes de management en cours dans l’Enseignement Superieur et la Recherche, qu’ils concernent les modalités de recrutement, d’évaluations et les conditions de travail ne semblent pas viables à l’échelle de l’individu comme à l’échelle de la recherche dans sa globalité, en particuliers dans le contexte imminent de la crise environnementale et sociale qui en découle.

Nous commencerons la discussion en définissant le concept de ‘Slow Research’ [Alleva, Nature 2006; Leite et al., Nat Hum Behav 2021], de son histoire aux questions et préoccupations qu’elle suscite dans une politique qui pousse à « l’excellence » et au « productivisme ». Cette notion sera ensuite discutée dans le contexte spécifique de l’astronomie astrophysique, en particulier face à la façon dont le métier a évolué ces dernières décennies sous le prismes de ses conséquences sur la créativité, l’efficacité, la performance, mais aussi le bien être et la santé mentale.

D’autre part, le CNRS-INSU et le CNES sont en train de rédiger les rapports de prospectives scientifique dont les publications sont prévues autour du printemps 2024. Dans les deux cas, l’exercice de prospective implique un groupe de travail spécifique sur les enjeux environnementaux (Pour l’INSU, les chapitres ‘Défis Climatique’ piloté par S. Bontemps et ‘Télescope et Territoire’ piloté par C. Moutou; Pour le CNES, ‘Empreinte environnementale des activités scientifiques spatiales’ co-piloté par H. Méheut). Afin d’assister les discussions nous comptons inviter les acteurices de ces chapitres des prospectives INSU et CNES à présenter leurs travaux.

 

En plus des interventions par des invité·e·s spécialistes du sujet, nous laissons ouvert l’atelier à des contributions individuelles. Pour conclure l’atelier, nous proposons une table-ronde rassemblant les divers intervenant·e·s afin que chacun·e·s puissent avoir l’opportunité de s’exprimer et de proposer un récit souhaitable pour toustes.

 

Afin de préparer au mieux cet atelier, nous organiserons au cours des journées SF2A en parallèle de cette atelier des sessions « Ma Terre en 180min » : https://journees.sf2a.eu/ateliers/s22/